La NIBT dans la pratique

Piscine extérieure

Un client m’a récemment demandé de raccorder sa commande de piscine. La piscine est de plain-pied en extérieur. Une gaine technique enrobée dans le béton et recouverte par un caillebotis a été encastrée à proximité immédiate de la piscine. C’est dans cette gaine technique qu’a été montée la totalité des installations nécessaires, telles que les pompes, la commande et les transformateurs pour l’éclairage immergé. Désormais, je ne suis pas certain qu’il soit autorisé d’exécuter des installations électriques dans cette gaine. A quoi ressemble la répartition des zones ? Le volume 1 n’est-il pas également compris dans la gaine? La pluie ou les projections d’eau provoquées par une baignade sont susceptibles de passer à travers le caillebotis. Quel est votre avis à ce propos?

Avant d’être en mesure de décider s’il est autorisé de réaliser des installations électriques dans cette gaine, il est tout d’abord nécessaire de répartir la piscine en différents volumes. Pour ce faire, tenez compte du graphique. Nous abordons ici uniquement les piscines extérieures. Dans le cas d’installations situées à l’intérieur d’un bâtiment, il est impératif de prendre en considération des différences minimes, notamment en ce qui concerne les types de protection des matériels électriques.

Passons à présent à la répartition des différents volumes. Le volume 0 s’étend sur la totalité de l’intérieur du bassin. Toutefois, il comprend également des ouvertures, telles que des écumeurs, et l’intérieur des canaux d’évacuation disposés à côté du bassin. Dans le volume 0, seuls des matériels électriques fabriqués pour une utilisation dans les piscines peuvent être installés. Ces matériels font principalement référence à des luminaires immergés. Ces derniers doivent correspondre au degré de protection IP X8 et fonctionner à une tension TBTS maximale de 12 V AC ou de 30 V DC. Le volume 1 est désormais limité par le plan vertical à une distance de 2,0 m du bord du bassin et s’étend sur une hauteur de 2,5 m. Le sol, ainsi que la surface de base sur laquelle des personnes peuvent se tenir fixent les limites du volume 1 sur un plan horizontal. Le caillebotis posé sur la gaine technique est à présent considéré comme un élément de limitation du volume 1. Autrement dit, plus aucun volume n’est défini à l’intérieur de la gaine. Il est interdit de monter des interrupteurs, des prises et des équipements similaires dans le volume 1. En revanche, les matériels électriques installés à demeure et fonctionnant à une tension TBTS maximale de 12 V AC ou de 30 V DC sont quant à eux tolérés. Il convient de veiller à ce que ces matériels électriques correspondent au moins au degré de protection IP X5. Le volume 2 comprend désormais la surface qui s’étend à une distance de 1,5 m du volume 1. Il est à présent autorisé d’installer également des interrupteurs et des prises dans le volume 2. T

outefois, ces équipements doivent être impérativement protégés par un dispositif de protection à courant différentiel-résiduel avec un courant de déclenchement maximal de 30 mA. Les matériels électriques doivent présenter au moins un degré de protection IP X4 pour les installations extérieures. De plus, il convient de veiller lors de la répartition des volumes à ce que ces derniers continuent de s’étendre en cas de présence d’objets, tels que des plongeoirs.

Comme vous le voyez à présent, vous pouvez exécuter des installations électriques dans votre gaine technique. Cependant il est impératif de protéger l’installation avec un dispositif de protection à courant différentiel-résiduel de 30 mA maximum. Le degré de protection IP des matériels électriques montés dans la gaine technique doit également correspondre aux conditions d’environnement. Étant donné que la gaine est uniquement recouverte par un caillebotis, il est bien entendu recommandé de monter au-dessus des matériels électriques une plaque de protection supplémentaire en tôle qui empêche l’eau de s’écouler par ces derniers.